About "2Fik reinterpreting Bukovac"

Capture d’écran 2014-01-28 à 09.41.36

Filming an artist is never easy. The risk of betraying his work is great : either the film stays on the surface and has no place to be, or it tries to explain, understand or criticize and then takes the place of the spectator. The challenge, thus, is to observe, to show the artist at work to capture when the piece of art appears.

The opportunity to film the last phase of preparation of the photographic performance by 2Fik at Zagreb was too good to be refused. In his work, 2Fik questions identity, relationship to culture , society, gender, through situations in which the characters exhibit traits to which others react. The peculiarity is that 2Fik embodies each of these characters, hence each photo is a performance in itself.

If the performance as such is impressive, more than 5 hours in Zagreb, I have to say that these is backstage that interest me the most. How to embody different characters ? How one man can be successively an angry Muslim, a young pretty woman, a child or a manifestation of collective madness? We are here very close to the actor, the difference is that exposure in this case is not directly facing the audience, but mediated by the photograph : the artist is alone facing himself in front of the objective.

The fitting gradually reveals a gallery of portraits all with their own personality, the differences at first glance are perhaps not the ones that make the difference about gender, sex, religion or culture become more and more a joint construction of the world, in between self and the others .

---------------------

Filmer un artiste n’est pas évident. Le risque de trahir son œuvre est grand: ou bien le film reste en surface et n’a pas lieu d’être, ou bien il tente d’expliquer, de critiquer ou de comprendre et se substitue alors au spectateur. L’enjeu est bien d’observer, de montrer l’artiste à l’ouvrage pour saisir le passage à l’œuvre.

L’occasion de pouvoir filmer la dernière phase de préparation de la performance photographique de 2Fik à Zagreb était trop belle pour être refusée. Dans son travail, 2Fik questionne l’identité, le rapport à la culture, à la société, au genre, pour se faire il conçoit des scènettes, des situations dans lesquels les personnages manifestent des traits relevant de ces catégories de sorte à ce qu’ils évoquent chez d’autres des réactions et des comportements. La particularité est que 2Fik incarne chacun de ces personnages, d’où le fait que chaque photographie soit une performance en soi.

Si la performance en tant que telle est impressionnante, plus de 5 heures à Zagreb, j’avoue que ce sont les coulisses qui m’intéressent le plus. Comment incarner différents personnages? Comment un même homme peut successivement être un musulman en colère, une jeune femme apprêtées, un enfant ou la manifestation d’une folie collective? Nous sommes ici très proche de l’acteur, à la différence que l’exposition, dans ce cas, n’est pas en direct face au public, mais médiatisée par la photographie: l’artiste est seul face à l’objectif, et en coulisses, face à lui-même.

Les essayages font peu a peu apparaître une galerie de portraits tous avec leur personnalité propre, que les différences de prime abord ne sont peut-être pas celles qui font la différence et que la question du genre, du sexe, de la religion ou de la culture se pose plus dans une construction conjointe du monde, dans une relation entre l’autre et soi.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail