Archives de catégorie : Portrait

Researches for a forthcoming movie #augustin

 

Recherches pour un film à venir sur l'intimité en utilisant seulement des lumières incidentes dans l'obscurité. Les résultats avec l'Ikonoskop dII sont plutôt encourageants, n'est-ce pas?

La compression en MP4 HD explique la piètre qualité et la pixélisation des ombres sombres. Un photogramme (DNG converti en JPEG) donne une idée de l'image réelle.

Researches for a forthcoming movie about intimacy only using indicent-light in obscurity. Results with Ikonoskop dII are rather encouraging, aren't they?

The MP4 HD compression explains the poor quality and bit map of the dark shadows. A photogram (DNG in JPEG) gives an idea of the real picture.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Portrait #Augustin

 

 

Plus que l'appareil photo c'eût été la caméra qu'il fallut, alors par défaut une petite séquences arrêtée, comme esquisse d'un portrait animé.

Instead of still camera, movie camera would have been better, so, just a like sequence until a moving portrait...

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer le politique

 

Projet de film documentaire sur les motivations des électeurs.

La politique concerne par définition tout le monde et le vote est une action de choix à propos des actions à mener pour conduire les affaires collectives. La complexité des questions à tranchées est un argument souvent avancé pour justifier la professionnalisation de la vie politique et l'appel à des spécialistes ou des experts par opposition au citoyen lambda censé ne pas être en mesure d'y comprendre quoi que ce soit. En somme le vote n'est pas ou plus conçu comme une détermination d'une direction et d'un chemin à prendre pour atteindre un but idéal de vivre ensemble, mais comme une délégation envers des personnes supposées plus compétentes pour établir ces choix.

Ce constat, même caricaturé, soulève deux questions: (1) l'électeur a-t-il conscience des enjeux du vivre ensemble et a-t-il un avis sur ces questions? (2) dans le cas contraire où le vote n'est qu'une pure délégation, sur quels critères opère-t-il son choix?

La première hypothèse est que le citoyen lambda n'est pas aussi incompétent que ça, qu'il se pose des questions concernant directement le vivre ensemble et possède une conception et une vision propre de la communauté et de sa gestion. Cela peut inclure le fait qu'il pense ne pas être compétent dans certains domaines qu'il admet devoir déléguer. Cela n'empêche qu'il exprime alors directement son opinion et son choix dans son vote et ne conçoit l'élu que comme un porte parole et non pas comme un substitut.

La seconde hypothèse implique que le citoyen lambda est incompétent et que son vote consiste simplement à déléguer pleinement tout choix à un élu supposé compétent. Dans ce cas, le citoyen n'est pas en mesure de départager les candidats à l'élection sur le contenu de leurs propositions et de leurs choix, c'est-à-dire de leur programme puisque justement il n'est pas compétent sur ces points. Comment alors l'électeur arrête son choix?

Ces questions sont caricaturées et caricaturales sous cette forme, mais elles laissent entrevoir la question de la motivation du vote.

L'objectif de ce documentaire est d'interviewer des électeurs pour qu'ils expriment et expliquent pourquoi ils votent ce qu'ils votent, sous forme de portraits.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Une page Facebook pour la «Tropicale»
Facebook page for the «Tropicale»

 

Une page Facebook vient d'être créée pour le film Tropicale Amissa, l'Afrique à travers le vélo à travers une voiture de presse.

Like it!

A Facebook page has been created for the movie Tropicale Amissa, l'Afrique à travers le vélo à travers une voiture de presse.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Exposition François Sylvand Belley 2011 #teaser

Visite de l'accrochage de l'exposition François Sylvand au Palais Épiscopal de Belley (01) du 21 octobre au 13 novembre 2011.

Visit of the preparation of the exhibition of the work of François Sylvand at the Palais Episcopal at Belley (France, 01) from October 21st to November 13th.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

« Portrait d'un jeune homme » premiers tours de manivelle
« Portrait of a young man » first turns of crank

 

"Portrait d'un jeune homme" (titre provisoire), comme son titre l'indique est un film documentaire expérimental dressant un portrait le plus proche de la réalité d'un jeune adulte.

En utilisant les techniques du cinéma direct et de l'anthropologie visuelle, la question est de savoir si à partir des indices saisissables par la caméra, autrement dit des indices physiques explicites restreint à la vue et à l'ouïe, il est possible d'appréhender l'existence d'un individu. La réponse générale à cette interrogation est nécessairement négative puisqu'elle passe à côté de pans entiers de cette existence, cependant elle a le mérite de poser le problème crucial de la relation à l'autre et de l'individu à son monde.

En définitive, la caméra s'intéresse  plus à l'umwelt, au monde de l'individu plutôt qu'à lui seul isolé, de sorte que sa manière de se mouvoir et d'interagir dessine peu à peu ses propre contours et nous permet de l'appréhender.

D'un point de vue cinématographique la démarche vise à voir comment filmer l'individu et son environnement objectivement, c'est-à-dire en s'éloignant le plus possible des stéréotypes et des préjugés. L'hypothèse de travail est qu'en fin de compte le film doit apporter une vision compatible avec ces clichés, mais à partir de la réalité de cet individu, qui en tant que tel s'insert et s'inscrit dans une lecture sociale du monde elle-même réduite et caricaturée dans ces préjugés. L'objectif de ce documentaire est donc double: d'une part saisir l'environnement de l'individu et d'autre part, le regard que les autres portent sur le monde d'un individu.

Ce film s'inscrit dans la perspective dans les recherches pour filmer l'immatériel et les interactions entre l'humain et son environnement.
 

"Portrait of a young man" (temporary title) is, as its title says, an experimental documentary drawing the most real portrait as possible of a young adult.

Using the cinema direct and visual anthropology technics, the question is to know if from the clues that the camera can grasp, i.e. explicit physical indices, here visual and auditive, it is possible to apprehend the existence of an individual. At large, the answer is obvious and no since this technic ignore some important aspects of this existence, but it raises the crucial problem of the relation to the other and of the individual to his own world.

The camera is much more interested to the unwept, the individual's world rather than to the individual isolated in himself. His way of moving and interact with the world slowly draws his owns contours and allows us to apprehend him.

From a cinematographic point of view, the purpose is to see how to film objectively the individual and his environment, i.e. far as possible from stereotypes and prejudices. The working hypothesis is that at the end the movie should bring a vision which would be compatible with those clichés, but starting form the individual who is inserted in the society which is itself sum up in these stereotypes.

The aim is double: in the first hand, catch the environment of the individual, and on the other hand, the look that the others have on his world.

This movie takes place in the researches on how to film the immaterial and the interactions between human and his environment.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail