Archives de catégorie : Projets

Silhouette pour un schéma

Silhouette pour un schéma. Dans le cadre de recherche sur l'image pédagogique, son ergonomie et la perception égocentrée, un schéma d'implication nécessite une silhouette pour donner la mesure de l'espace perceptuel de l'agent cognitif. 2Fik s'est prêté au jeu. Les résultats devraient être publiés à l'automne 2014

2Fik-silhouette

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Cognitive maps: the example of Diego Guitierrez

This map of the Atlantic by Diego Guitierrez if very much interesting not only because it dates of 1550 but also because of it distortion of Newfoundland and North Canada. This anamorphosis is voluntary and the author perfectly knew what he was doing and the consequences to be condemned by the authorities. Of course, breaking the conventions and the scale in visual representation and most of all mapping is a fault. But sometime it seems that conventions are less accurate or relavant than reflexion and pragmatism.

If Diego Guitierrez decided to represent the North Canada longer that it is actually in regard of the proportion of the other parts of the world is because this visualization is closer to the experience of this part of the world than strictly mathematical one. This is due to the magnetic field of the North which is not on the North Pole but moving somewhere in North Canada, that means that compass does not have a constant attraction according to the position on Earth, and an angle becomes narrow close to the magnetic North the viewing measure would be bigger than there are. Diego put this information inside his map such that using the same compass every where in the North Atlantic will allow to read the landscap as it appears to be within the experience and measures on the field instead of it should be according to the mathematical projection from the North Pole.

But this is still a map, with latitudes and parallels, it permits to draw calculus on this representation of Earth and paths in the World. It is very much interesting that this kind of smart representation has been condemned because it breaks the formalism. In fact, formalism is ou ought to be a tool to mark a certain cognitive representation, not a stranglehold that limits and narrows the thought.

The representation of Atlantic by Diego is deep, bold and highly relevant: it started with formal consideration and mathematical convention, gathered practical knowledge, and reinterpreted the first draft taking in account the user's skills, interpretations and experiences to produce a tool that could be used, i.e. a good tool.

This example fits perfectly with the notion of cognitive map: Diego Guitierrez not only drew the Atlantic, but also the conventions of his time and most of all the reading of the world by the navigators of his time. This is not a picture of the Earth, but rather a cognitive prothesis for seeking a path on the reality. This is rare and precious, relevant and useful.

You can see this map at the French National Library, BNF.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Cognitive maps: cartography of controversies.

“Belief of the primary sort is a map of neighbouring space by which we steer. It remains such a map however much we complicate it or fill in details. But if we professedly extend it to infinity, it is no longer a map; we cannot take it in or steer by it. Our journey is over before we need its remoter parts.” Frank Plumpton Ramsey  ‘General Propositions and Causality’ (1929)

Broadly, the cognitive space of the agent is the way he conceives his environment, that is, the world  he interacts with. So to speak, this cognitive space works as a map, with marks and known areas and with blind zones that are not even imagined or if so, unexplored yet. The agent uses this map to steer his actions, and an observer can survey the mind of this agent recording carefully his actions, interactions, expectations, desires, beliefs, concepts. Of course this survey is already a way of understanding this cognitive space, that means try to link of the furnishing of this mind in a kind of coherent whole in vertue of a charity principle of rationality, so perhaps the reality is different if any. But a map ought to be useful representation, visualisation of plainly space even sometime in duration, and this usesability implies not a simplification in the broad sense but rather a schematization, a formalization of connexion between variables and constants which stand for the building blocks of the mind that some would call moduls or even terms of mentalese.

How to represent a cognitive map?

Controversies are examples of cognitive interactions, cartography of controversies an example of cognitive or social maps. The difficulty of surveying the controversies is that unlike a landscape, they are not field where happens a battle but rather the battle itself, and the challenge is to try not to draw the terrain from the movement of the troops but rather the strategies of the soldiers. So, so to speak, there here kind of Münchlausen paradox: trying to sound something with no substratum, or at least clear, intuitive and appearing one.

A map is a tool. This very peculiar property even comes before the fact it is visual. As an iconic sign or typography. But what does a cognitive or social map looks like or should look like?

To go deep into this question, which is a very programatic one, several lines must be followed, prospective, theoretical and practical. This is in pursuing investigation, teaching and gathering craft that it will be possible to draw better charts. Cinema is a tool in the survey kit.

My role here at the Medialab of Sciences Po.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Researches for a forthcoming movie #augustin

 

Recherches pour un film à venir sur l'intimité en utilisant seulement des lumières incidentes dans l'obscurité. Les résultats avec l'Ikonoskop dII sont plutôt encourageants, n'est-ce pas?

La compression en MP4 HD explique la piètre qualité et la pixélisation des ombres sombres. Un photogramme (DNG converti en JPEG) donne une idée de l'image réelle.

Researches for a forthcoming movie about intimacy only using indicent-light in obscurity. Results with Ikonoskop dII are rather encouraging, aren't they?

The MP4 HD compression explains the poor quality and bit map of the dark shadows. A photogram (DNG in JPEG) gives an idea of the real picture.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer le politique: l'évidence du vote.

Comment s'organisent les élections?

Voter est un acte démocratique simple qui ne demande que quelques minutes. Si les citoyens le savent et reconnaissent l'importance de cet acte capital de la démocratie, bien peu s'imaginent comment une telle simplicité est possible.

L'objectif de ce projet est bien de comprendre le processus de mise en œuvre des élections, comment l'organise le vote, quels sont les dispositifs qui permettent l'expression et l'opération de la démocratie et aux citoyens de participer activement à la marche de l'État.

Une instruction civique sous forme de film documentaire qui ouvre le voile sur une partie du réel.

Un projet en cours de concrétisation qui devrait être filmé à l'occasion des législatives en France en Juin prochain.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer le politique

 

Projet de film documentaire sur les motivations des électeurs.

La politique concerne par définition tout le monde et le vote est une action de choix à propos des actions à mener pour conduire les affaires collectives. La complexité des questions à tranchées est un argument souvent avancé pour justifier la professionnalisation de la vie politique et l'appel à des spécialistes ou des experts par opposition au citoyen lambda censé ne pas être en mesure d'y comprendre quoi que ce soit. En somme le vote n'est pas ou plus conçu comme une détermination d'une direction et d'un chemin à prendre pour atteindre un but idéal de vivre ensemble, mais comme une délégation envers des personnes supposées plus compétentes pour établir ces choix.

Ce constat, même caricaturé, soulève deux questions: (1) l'électeur a-t-il conscience des enjeux du vivre ensemble et a-t-il un avis sur ces questions? (2) dans le cas contraire où le vote n'est qu'une pure délégation, sur quels critères opère-t-il son choix?

La première hypothèse est que le citoyen lambda n'est pas aussi incompétent que ça, qu'il se pose des questions concernant directement le vivre ensemble et possède une conception et une vision propre de la communauté et de sa gestion. Cela peut inclure le fait qu'il pense ne pas être compétent dans certains domaines qu'il admet devoir déléguer. Cela n'empêche qu'il exprime alors directement son opinion et son choix dans son vote et ne conçoit l'élu que comme un porte parole et non pas comme un substitut.

La seconde hypothèse implique que le citoyen lambda est incompétent et que son vote consiste simplement à déléguer pleinement tout choix à un élu supposé compétent. Dans ce cas, le citoyen n'est pas en mesure de départager les candidats à l'élection sur le contenu de leurs propositions et de leurs choix, c'est-à-dire de leur programme puisque justement il n'est pas compétent sur ces points. Comment alors l'électeur arrête son choix?

Ces questions sont caricaturées et caricaturales sous cette forme, mais elles laissent entrevoir la question de la motivation du vote.

L'objectif de ce documentaire est d'interviewer des électeurs pour qu'ils expriment et expliquent pourquoi ils votent ce qu'ils votent, sous forme de portraits.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

“A4 442"

HDV, 56', 2011
ISAN: 0000-0002-F0ED-0000-C-0000-0000-1
Immatriculation RCPA n°: 132480

Dossier de présentation en PDF (in French)

“A4 442"  est un film tourné lors de la fonte de la cloche en La-4 442 pour l'Orchestre des Pays de Savoie à la fonderie Paccard avec le soutien du Musée de la musique mécanique Les Gets, pour le Cantus in Memoriam Benjamin Britten d'Arvo Pärt.

Dans la continuité du travail sur les savoir-faire, les ateliers et la musique, ce film retrace les étapes la création de la cloche à travers les gestes des ouvriers d'art, la création d'un instrument de musique, le façonnage d'un bruit en son puis en note.

Le film A4-442 sera diffusé le 8 avril à 20h15 / le 9 à 11h / le 10 à 14h30 et le 13 à 8h30 sur TV8-Mont-Blanc.

“A4 442"  is a movie shot during the melting of the A4 442 bell for the Orchestre des Pays de Savoie at the Paccard foundry with the support of the museum of mechanic music Les Gets, for the Cantus in Memoriam Benjamin Britten by Arvo Pärt. 

In the continuum of the work on skills, workshop and musique, this movie follows the different steps of the creation of a bell through the gestures of the art craft men: the creation of a music instrument, the shaping of a noise into a sound and then a key.


Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

« Portrait d'un jeune homme » premiers tours de manivelle
« Portrait of a young man » first turns of crank

 

"Portrait d'un jeune homme" (titre provisoire), comme son titre l'indique est un film documentaire expérimental dressant un portrait le plus proche de la réalité d'un jeune adulte.

En utilisant les techniques du cinéma direct et de l'anthropologie visuelle, la question est de savoir si à partir des indices saisissables par la caméra, autrement dit des indices physiques explicites restreint à la vue et à l'ouïe, il est possible d'appréhender l'existence d'un individu. La réponse générale à cette interrogation est nécessairement négative puisqu'elle passe à côté de pans entiers de cette existence, cependant elle a le mérite de poser le problème crucial de la relation à l'autre et de l'individu à son monde.

En définitive, la caméra s'intéresse  plus à l'umwelt, au monde de l'individu plutôt qu'à lui seul isolé, de sorte que sa manière de se mouvoir et d'interagir dessine peu à peu ses propre contours et nous permet de l'appréhender.

D'un point de vue cinématographique la démarche vise à voir comment filmer l'individu et son environnement objectivement, c'est-à-dire en s'éloignant le plus possible des stéréotypes et des préjugés. L'hypothèse de travail est qu'en fin de compte le film doit apporter une vision compatible avec ces clichés, mais à partir de la réalité de cet individu, qui en tant que tel s'insert et s'inscrit dans une lecture sociale du monde elle-même réduite et caricaturée dans ces préjugés. L'objectif de ce documentaire est donc double: d'une part saisir l'environnement de l'individu et d'autre part, le regard que les autres portent sur le monde d'un individu.

Ce film s'inscrit dans la perspective dans les recherches pour filmer l'immatériel et les interactions entre l'humain et son environnement.
 

"Portrait of a young man" (temporary title) is, as its title says, an experimental documentary drawing the most real portrait as possible of a young adult.

Using the cinema direct and visual anthropology technics, the question is to know if from the clues that the camera can grasp, i.e. explicit physical indices, here visual and auditive, it is possible to apprehend the existence of an individual. At large, the answer is obvious and no since this technic ignore some important aspects of this existence, but it raises the crucial problem of the relation to the other and of the individual to his own world.

The camera is much more interested to the unwept, the individual's world rather than to the individual isolated in himself. His way of moving and interact with the world slowly draws his owns contours and allows us to apprehend him.

From a cinematographic point of view, the purpose is to see how to film objectively the individual and his environment, i.e. far as possible from stereotypes and prejudices. The working hypothesis is that at the end the movie should bring a vision which would be compatible with those clichés, but starting form the individual who is inserted in the society which is itself sum up in these stereotypes.

The aim is double: in the first hand, catch the environment of the individual, and on the other hand, the look that the others have on his world.

This movie takes place in the researches on how to film the immaterial and the interactions between human and his environment.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer les institutions: la municipalité
Filming institutions: municipality

 

La municipalité, en tant qu'elle est une fonction abstraite et générale, possède un statut ambiguë auprès des citoyens. En effet c'est à la fois le premier échelon de l'État qui régie une bonne part de la vie quotidienne des administrés et d'autre côté ces mêmes administrés n'ont qu'une idée vague des compétences de la municipalité et s'ils sont capables de l'identifier à travers quelques symboles ou éléments tels que des bâtiments (l'hôtel de ville) ou des personnes (le maire, les conseillers) beaucoup ignorent leurs prérogatives réelles.

L'idée de ce film documentaire est de comprendre comment la mairie fonctionne en tant qu'institution, c'est-à-dire comment cette fonction abstraite de la municipalité est instanciée et vérifiée par hommes et des femmes et leurs actions. Autrement dit de partir de ce que la caméra peut saisir: l'image et les situations réelles et concrètes. L'intérêt est bien ces hommes, ces femmes et leurs actions: comment en tant qu'individus particuliers et singuliers ils incarnent une fonction et un rôle sociale, et comment leurs comportements, leurs décisions et leurs interactions forment en définitive la mairie et la municipalité. Il est dès lors évidemment que cela implique de s'intéresser à l'ensemble des participants, du maire, aux conseillers, en passant par les agents territoriaux, administratifs, jusqu'aux administrés eux-mêmes. Ce projet quasi ethnographique ne vise pas pour autant à l'exhaustivité ni même peut-être à l'objectivité: le but n'est pas tant de faire un cours d'éducation civique sur ce qu'est la municipalité, mais plus une étude de terrain sur le fonctionnement d'une municipalité sans prétendre qu'elle vaut pour exemple ou modèle pour toutes les autres. De même ce portrait d'une municipalité particulière n'a pas vocation à l'évaluer ou à la juger, mais simplement à la présenter. L'exemplarité et le modèle qu'il faudrait en dégager, si jamais, est bien celui d'individu remplissant un rôle social, et comment un particulier incarne le général.

Ce projet est aboutie sur sa conception et sa réflexion. Reste à attendre les retour de demande d'autorisation avant de pouvoir entamer le tournage.

Ce film s'inscrit dans une réflexion plus large sur la manière d'habiter le monde et sur les interactions humaines et de les saisir par l'image.

 

Municipality is an abstract and general function with an ambiguous status for citizens. Indeed, it is the first step of the State and govern for a large part the life of the people but on the other hand, inhabitants only have a vague idea of the real competencies of the municipality, and if they can identify it through symbols, building (the city hall) or people (mayor, councilors), most of them ignore its prerogatives.

The idea of this movie is to understand how the mayor's office works as institution, i.e. as an abstraction function applied to every town, and how it is instantiated by men and women and their concrete actions, i.e. what the camera can take: picture and concrete situations. The main focus is how people embody social roles and functions, how their behaviors, choices and interactions make real the city government and the city hall. This implies to consider every participant from the mayor to the municipal agents to the citizens themselves.

This project is almost ethnographic and so does not aim to exhaustivity not even objectivity: the purpose is not to make a civic class about municipality but much more a field investigation about one town without pretending to take it as an example or model for the other. In the same way, this portrait of a municipality has no vocation of evaluate or judge it, but only to present it. If any exemplarity should be drawn that would be how an individual fulfill a social role or a particular embody the general.

This project is well achieved on its side of reflection and conception. Just waiting authorizations for starting the shooting.

This film takes part in a larger reflection on the way to inhabit the world and on the human interactions.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer l'immatériel

Benjamin Sylvand mène une réflexion sur la manière de filmer les compétences et savoir faire en particuliers liés à des activités immatérielles, par exemple la pédagogie d'un enseignant ou l'approche hypothético-déductive d'un médecin.

S'il est relativement simple de traduire en termes visuels des savoir faire liés à une production matérielle comme celle d'un artisan, transcrire des compétences qui ne se manifestent pas directement par des gestes voire indirectement dans des conséquences, est beaucoup plus délicat.

Cette réflexion s'inscrit dans la continuité de celle sur le chamanisme ou la musique et se poursuit tant sur le champ pratique que théorique à travers des films et des réflexions.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer la musique: l'intention, l'interprétation et le chef

 

Dans la problématique “Filmer la musique", comment le chef parvient-il à transmettre son intention à l'orchestre pour qu'il interprète l'œuvre tel qu'il le souhaite?

Cette question relève de la gestuelle, non seulement des mouvements de direction à proprement parler mais aussi de la posture plus générale du chef et des musiciens. En effet l'intention du chef n'étant pas nécessairement ou entièrement verbale, il la manifeste mais aussi la ressent. De même que les musiciens ne manifestent pas entièrement l'interprétation dans les seules notes exécutées mais aussi et surtout dans la manière de les jouer et donc dans leur attitude dans son ensemble.

De manière visuelle et filmique, une observation et une transcription fine de ces attitudes et de leurs relations, en particulier de leurs modifications réciproque doit permettre de voir et de comprendre un peu mieux le couple particulier que forment le chef et l'orchestre.

Quoi de mieux qu'une masterclass de direction d'orchestre pour tenter de saisir et d'appréhender cette relation et essayer de la saisir visuellement?

Avec une équipe d'étudiante du Centre Factory, nous allons mener une réflexion visuelle sur la transmission de l'intention d'interprétation entre le chef et l'orchestre, à l'occasion d'une masterclass au CNSMD de Lyon avec l'Orchestre des Pays de Savoie.

Affaire à suivre

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Filmer le réel # participez

Comment filmer le réel tel qu'il est en dehors des clichés?

Il parait paradoxal de vouloir filmer le réel du fait de la profilmie (le modification de comportement dû à la présence de la caméra).

Benjamin Sylvand mène une réflexion sur l'approche filmique du réel à travers une expérience: filmer une série de portrait au plus près du réel en travaillant sur l'approche et la place de la caméra.

Il est possible de participer à cette expérience en écrivant à la real-fiction par l'intermédiaire du formulaire de contact.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Chaman # 1

Le film sur le chamanisme est toujours en cours de post-production et devrait sortir cette année, sans doute pour l'automne après plusieurs péripéties diverses.

Le premier chapitre “rituel de divination" de 15' n'existant plus que sous sa forme de pré-montage (après la perte des rushes) vient d'obtenir un isan: 0000-0002-7E6B-0000-I-0000-0000-K.

Ce film sera composé de quatre chapitres: #1 rituel de divination, #2 rituel de guérison, #3 chants et contes, #4 tambours et objets rituels, plus un droit de réponse de la part du chaman filmé.

Les commentaires explicatifs ainsi que la prise de vue n'engage que l'auteur du film.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Portraits de philosophes

Portraits de philosophes

Le projet “Portraits de philosophes" est une collection d'interview de philosophes français actuels.

L'idée est à la fois de constituer une archive sous forme de témoignages mais aussi de comprendre ce qu'est la philosophie aujourd'hui en France, comment travaillent ceux qui la font, sur quoi travaillent-ils et qu'elle est la place de la philosophie et du philosophe dans la société.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail